L’ONGLE INCARNE et l’ORTHONYXIE

Pascal VILPERT

Podologue (Orsay - 91)

 

L’ongle incarné

L’ongle incarné représente une pathologie fréquemment rencontrée en podologie.

Il est caractérisé par la pénétration avec effraction du bord unguéal de l’ongle dans les parties molles voisines avec inflammation et infection.

Il touche le plus souvent les adolescents pour plusieurs raisons.

L’hygiène des pieds n’est plus contrôlée par les parents.

Les adolescents sont plus sensibles aux infections, leur système immunitaire n’étant pas suffisamment développé.

La coupe d’ongle est assurée par l’adolescent, le plus souvent sans aucune expérience ni connaissance. ( Il ne faut pas les couper trop court, ni dans les coins )

Les instruments ne sont souvent pas adaptés. Les ongles ayant l’épaisseur de ceux d’un adulte, il faut les couper avec des pinces et non des ciseaux qui déchirent l’ongle.

Les soins de pédicurie permettent de guérir la plus part des ongles incarnés même s’ils présentent un botryomycome (bourgeon charnu) en 10 jours avec 3 ou 4 séances de soins.

Destruction du botryomycome ( Photo 1 )

Découpe et retrait du morceau d’ongle à l’origine de l’incarnation

Pansement

Réparation de l’ongle avec une résine photopolymérisante ( Photo 2 )

 

Ces soins peuvent éviter la chirurgie et ses complications ( Hospitalisation, anesthésie, arrêt maladie ) et pour un coût modique

(300 F au lieu de 8 000 F à l’hôpital sans compter les 15 jours d’arrêt de travail)

Des récidives sont constatées dans un cas particulier : l ‘hyper courbure de l’ongle.

Une solution efficace consiste à corriger cette convexité excessive à l’aide d’un petit ressort métallique appelé orthonyxie.

La technique la plus récente utilise un fil de titane fixé sur l’ongle.

 

 

L’orthonyxie

La technique

Elle a été mise au point par Daniel Esposito, Podologue de Gardanne ( 13 ) et a été présentée aux XV entretiens de podologie pour la première fois en 1989 à Paris.

Le but

Sera de réussir à augmenter le rayon de courbure d'un ongle de manière active et durable dans le temps afin de soulager le patient.

Le principe

Consiste en la fixation d'un fil de titane ou d'un alliage nickel - titane, sur l'ongle au moyen d'un composite photo polymérisable afin d'obtenir un système de décompression ou de correction active.

Le titane est un métal qui présente la particularité d'être très élastique, au point qu'il est pratiquement impossible de le déformer contrairement à l'acier ; un fil rectiligne fixé sur la surface convexe d'un ongle va toujours essayer de revenir à sa forme d'origine. Afin d'obtenir un système véritablement actif il est indispensable que le fil de titane puisse coulisser sur l'ongle, rendant nécessaire la réalisation d'un tunnel dans le matériau composite.

 

Les matériaux 

Le composite : C’est une résine photopolymérisante, ce qui signifie que c’est un matériau dont la dureté et la forme définitive ne peut être obtenu que par l’exposition à une longueur d’onde déterminée. Il est présenté dans des seringues à vis dont on prélèvera à l'aide d'une spatule l'équivalent d'une petite lentille qui sera étalée sur l’ongle à l'aide du dos d'une gouge mousse, il sera polymérisé en 20 secondes à l'aide de la lampe ; Il peut être immédiatement fraisé ou rechargé. Ce matériau à l’origine était utilisé en chirurgie dentaire pour reconstituer les dents et pour l’obturation.

Le fil en titane : Se présente sous forme de brins de 20 cm de longueur, on utilisera des sections de 0.012 inch, 0.014 ou 0.016. ( Correspond à 3/10 3,5/10 et 4/10 de millimètres ) Plus, le diamètre est important et plus la force de rappel sera élevée. Le fil de 3/10 sera le plus utilisé; les meilleurs résultats seront toujours obtenus en diminuant l’épaisseur de l’ongle plutôt qu’en utilisant un fil de gros diamètre.

Le bonding : C'est un liquide que l'on dépose avant la résine à l'aide d'un pinceau et qui sert de colle entre l'ongle et le composite après avoir été photopolymèrisé pendant 20 secondes.

Le matériel 

La lampe à photo polymériser : C'est une sorte de pistolet émettant une lumière de couleur bleue dont la longueur d'onde est comprise entre 380 et 500 nanomètres. Cette longueur d'onde spécifique permet la polymérisation du composite et du bonding. La lampe s’arrête toute seule au bout de 20 secondes, temps qui suffisant pour la polymérisation. Il faudra maintenir l’embout lumineux à 5 millimètres de la résine.

 

 

Réalisation pratique (Film vidéo)

1°) Fraisage de l'ongle avec une fraise à gros grain; indispensable afin d’assurer une bonne adhérence de la résine.

2°) Application du bonding au pinceau au bord de l’ongle; il faut en utiliser très peu.

3°) Photopolymèriser le bonding pendant 20 secondes.

4°) Positionner le fil d'acier au bord de l'ongle.

5°) Appliquer un petit peu de composite sur le fil au bord de l’ongle et l'aplatir légèrement.

6°) Photopolymèriser le composite, au bout de 10 secondes faire des mouvements de rotation avec le fil afin qu'il ne colle pas au composite.

7°) Retirer le fil d'acier en tirant dessus, on a ainsi réalisé un tunnel dans le composite.

8°) Introduire dans le tunnel le fil en titane sans le faire sortir du tunnel, le courber, et le couper 2 mm plus court que la largeur totale de l’ongle.

9°) Application à nouveau du bonding au pinceau sur l’autre côté de l’ongle.

10°) Photopolymèriser le bonding pendant 20 secondes.

11°) Courber le fil de titane et le maintenir plaqué contre l'ongle avec " l'outil titane ", appliquer le composite et l'aplatir légèrement à l’aide de la gouge.

11°) Photopolymèriser le composite pendant 20 secondes.

12°) Fraiser le surplus éventuel de résine.

La pose ne nécessite que 5 à 10 minutes selon l’habileté du praticien.

Les 2 mains étant toujours utilisées simultanément, l’une devant maintenir le fil sans bouger et l’autre tenant un outil, il est nécessaire de disposer à proximité immédiate les instruments dont on va avoir besoin dans la phase suivante.

La traction du fil étant immédiate, la douleur cesse aussitôt. ( Photo 3 )

Trois mois plus tard, la modification de la forme de l’ongle est nettement visible ( Photo 4 )

Le fil sera laissé en place pendant 6 mois ( Photo 5 ) pour obtenir une correction parfaite du rayon de courbure de l’ongle.

 

Les causes d’échecs

Elles sont, très peu nombreuse, la principale est le décollement prématuré de la résine, les raisons principales en sont les suivantes :

1°) - Absence ou mauvais fraisage de l’ongle.

2°) - Application d’une trop grande quantité de bonding : il faut juste mouiller l’ongle.

3°) - Eviter absolument de poser vos doigts sur le bonding après photo polymérisation.

4°) - Utilisation d’une trop grande quantité de résine.

5°) - Bien aplatir la lentille de résine à sa périphérie.

6°) - Utilisation de cette technique sur des patients dont les ongles particulièrement fins vont se ramollir sous l’effet des bains répétés provoquant alors le descellement de la résine.

 

Calcul théorique

Quelle est la variation de longueur du fil nécessaire avant et après correction en considérant que le rayon de courbure de l’ongle est un arc de cercle parfait ? ( Voir dessin )

Lo : Largeur de l'ongle e : épaisseur du fil

L1 : Longueur du fil avant correction L2 : Longueur après correction

R1 : Rayon de l'ongle avant correction R2 : Rayon de l'ongle après correction

P1 : Portion de l'arc de cercle avant correction P2 : Portion de l'arc de cercle après correction

(Sur le dessin par exemple, P1 est égal à 1/2 et P2 1/3 )

 

Le périmètre d'un cercle de rayon R étant égal à 2 p R :

Lo = 2 p R1 P1 Lo = 2 p R2 P2

L1 = 2 p ( R1 + e ) P1 L2 = 2 p ( R2 + e ) P2

L1 = 2 p R1 P1 + 2 p e P1 L2 = 2 p R2 P2 + 2 p e P2

L1 = Lo + 2 p e P1 (1) L2 = Lo + 2 p e P2

Lo = L1 - 2 p e P1 Lo = L2 - 2 p e P2

En remplaçant dans (1) Lo par L2 - 2 p e P2, on obtient :

L1 = L2 - 2 p e P2+2 p e P1 puis :

L1 = L2 + 2 p e ( P1 - P2 ) d’où L1 > L2

 

 

Application numérique

Si Lo =15 mm P1 = 1/2 P2 = 1/3 e = 0,35 mm

L1 = 15 + ( 2 X 3,14 X 0,35 X 1/2 ) L2 = 15 + ( 2 X 3,14 X 0,35 X 1/3 )

L1 = 16 mm L2 = 15,7 mm

Le calcul montre que pour un ongle de 15 mm de largeur la longueur théorique du fil devrait pouvoir passer de 16 à 15,7mm soit une différence de 3/10 mm.

La différence de longueur du fil avant et après correction montre qu’il est indispensable que le fil puisse coulisser dans le tunnel, sinon il n’y a pas de correction possible sur une longue période.

C’est ce qui se produit avec les systèmes de correction par languettes qui ne peuvent pas modifier le rayon de courbure de l'ongle dans le temps. L'augmentation du rayon de courbure se fait au moment où l'on colle la 2em extrémité de la languette et ne peut plus changer par la suite, le système étant bloqué. Il est donc nécessaire avec ce système de retirer la languette régulièrement et d'en fixer une autre.

 

 

Conclusion

Les orthonyxies en fil de titane permettent donc en une seule visite du patient, sans moulage de l’ongle, sans aucun travail en laboratoire, sans difficultés à la pose, très rapidement et sans aucune douleur lors de la mise en place, la réalisation d’un système actif dans le temps qui procure un soulagement immédiat et évite l’opération chirurgicale dans de nombreux cas.

 

 
[ 2001 Podologie ]

Copyright © Philippe Souchet GEALP Paris - Site créé avec ThunderSite